Se faire voler son vélo pour un cycliste c’est vraiment le pire qui puisse nous arriver. En cas de panne, nous sommes au fait en général des réparations que l’on peut effectuer soi-même et celles pour lesquelles on peut se faire aider soit par un réseau d’associations militants pour le vélo soit par le biais de magasins spécialisés, de petites boutiques qui se développent bien en ce moment. Mais quand on se fait voler son vélo un grand abandon nous saisit. Je pense que comme moi vous avez peut-être fait vos tours du quartier en espérant retrouver votre docile monture, et regardé jusqu’à en avoir mal aux yeux les pages toujours semblables du bon coin, pour peut-être retrouver votre monture, vous vous êtes peut-être même interrogé sur une annonce qui n’avait pas d’image, vous en avez peut-être rêvé… Bref, vous l’avez compris se faire voler son vélo c’est un vrai cauchemar…

Mais des solutions existent pour se prémunir contre le vol de son vélo, ce ne sont pas de recette miracles mais plutôt une check List pour donner à son vélo les plus grandes chances de survie dans cet environnement hostile et riche qu’est la ville…

1 L’antivol que j’utilise

95% des victimes de vols de vélos possédaient un antivol de mauvaise qualité

Premier point et but même de ce site. De nombreuses pages sont présentées sur le site pour vous aider à trouver la perle rare de l’antivol vélo que ce soit l’Abus Granit X-plus ou un Kryptonite mais c’est vraiment le premier élément à vérifier avant même de laisser son vélo dehors. Comme nous avons pu le présenter ailleurs, 95% des victimes de vols de vélos possédaient un antivol de mauvaise qualité. La question est donc : ferez-vous partie des 95% ? Pour plus d’information à ce sujet, le mieux est de consulter notre top des antivols vélos.

Une autre chose à vérifier quand on utilise un antivol c’est d’être sûr de l’avoir correctement attaché. Je vous imagine lisant ces lignes et ricanant peut-être mais pas plus tard que la semaine dernier, des amis hébergeaient une famille voyageant en tandem. Ils sont allés en ville à un concert dans un par cet hop le vélo s’est envolé et sur le sol l’antivol intact et ouvert… Inutile de dire que leurs vacances ont été sérieusement remises en question…

2 Accrocher son antivol à un point fixe

La photo est célèbre mais elle nous est arrivée certainement à tous. La règle est d’attacher son antivol à un point fixe et solide. Une barrière, une rambarde, un arceau vélo, mais quand on devra l’accrocher à un autre support du type grillage on devra faire attention à l’attacher au point le plus solide, le poteau par exemple. On peut bien sûr avoir l’antivol le plus puissant du monde, une chaine ne sera solide qu’autant que son maillon le plus faible.super-antivol-velo

Un point fixe est donc essentiel pour bien sécuriser son vélo de manière générale

3 Evaluer l’endroit où son vélo stationne

Pour reprendre l’expression d’une urbaniste Américaine Jane Jacobs, les « yeux dans la rue » sont une des meilleures sécurités. C’est vrai que le regard des passants, des gens à leur balcon ou à leur fenêtre peut être un sérieux frein au vol de votre vélo. Cela est vrai notamment dans les endroits animés que vous connaissez bien. La place du marché d’un village ou d’un petit quartier où les habitants vous connaissent vous et votre vélo. Et s’ils voient quelqu’un qui s’en prend à votre vélo ils oseront réagir. Car c’est là la limite de ces « yeux sur la rue ». Les gens ont tendance à ne pas intervenir s’ils estiment que cela pourrait les mettre en danger ou leur nuire d’une quelconque façon. Le vol, comme les agressions en général, peuvent se dérouler devant des foules et les gens ne réagiront pas et votre vélo pourrait tout aussi bien être dans une ruelle sombre.

Sans vouloir juger de la moralité de ce comportement de groupe, il convient de se prémunir soit en laissant son vélo visible dans des endroits que l’on connait bien et où l’on vous connait également, soit de le cacher un peu plus à la vue.

4 Un antivol la journée ?

Les vélos sont plus volés en journée

Dans l’étude que j’ai pu lire sur les vols de vélo il apparaît aussi que les vols se produisent la journée. On s’attendrait à ce que le plus de vélos soient volés la nuit et bien non. C’est en journée qu’ils sont volés. Ce sont justement sur ces moments d’inattention, sur le vélo posé devant le boucher sans son antivol, sur le vélo garé au lycée avec tous les autres vélos qu’ils seront justement le plus ciblés. C’est donc dans ces moments-là qu’il faudra être le plus vigilant

5 La nuit : un antivol suffit-il ?

Comme j’ai pu le dire ailleurs, j’utilise mon vélo quotidiennement depuis 3 ans et il est garé dans une ville de 400.000 habitants et il reste la nuit accroché au pied de l’immeuble adossé à un parc. Il me semble que je peux donc dire que oui, un antivol suffit à protéger un vélo la nuit. La valeur du vélo bien-sûr se pose donc, car même un U hyper résistant ne résistera pas longtemps si le voleur potentiel estime pouvoir faire une affaire avec votre vélo. Mais avec une telle question, il convient donc de savoir quel vélo choisir en ville et si le vélo a une valeur trop importante il conviendra de le stocker dans un endroit plus sûr comme un garage ou un balcon.

Le mien est un de ces vélos loués à l’année, jaune et pas très reluisant, lourd et encombrant mais ultra fonctionnel. Il convient tout à fait à mon côté vélotaffeur limité puisqu’il s’agit de 15/20km par jour.

 

Voilà donc pour un court rappel des règles à respecter si l’on veut retrouver son vélo après l’avoir garé. Il faudra donc bien s’assurer d’avoir un bon antivol adapté, l’accrocher à un point fixe, et l’isoler des regards ou au contraire profiter de la sécurité offerte par les autres usagers de la ville pour s’assurer de ne pas se le faire voler. L’antivol est essentiel mais peut-être encore plus la nuit, bien que les vols ne passent en général en journée…

Pour finir sur une note positive, plus les gens ont de l’expérience à vélo et moins ils se font voler leur vélo ! L’expérience les sauve !