150.000 vélos volés sont retrouvés chaque année et si vous retrouviez le votre ?

Le vol est omniprésent et si vous lisez ces lignes c’est que très certainement vous avez-vous-même été victime de vol et/ou vous souhaitez vous en protéger le plus efficacement possible.

Marquer son vélo
  • 10/10
    Fonctionnalités - 10/10
  • 10/10
    Sécurité - 10/10
10/10

Résumé

Marquer son vélo va devenir obligatoire lors de la vente de vélo neuf. Mais si vous avez déjà un vélo alors il est crucial de le marquer. Les forces de l’ordre sont un peu désolés de ne pas pouvoir rendre les vélos retrouvés à leurs propriétaires et pour une somme dérisoire (5-12€), il nous apparait hors de propos de ne pas choisir de s’équiper d’un marqueur.

marquage-velo

Pourquoi marquer son vélo ?

Le vol de vélo : la longue liste des calamités :

On estime à 400 ou 500.000 le nombre de vélos volé chaque année. Le chiffre est en effet peu fiable puisqu’il se base sur des estimations. La plupart des victimes de vol de vélo ne vont en effet pas déposer de plainte à la gendarmerie pour plusieurs raisons :

  • Le vol de vélo possède l’un des plus bas taux de résolution. C’est-à-dire que les enquêtes sont certainement parcellaires et n’aboutissent que très rarement à des résultats.
  • Le taux de décote appliqué par les assurances de 25% par an fait que votre vélo n’a plus aucune valeur à leurs yeux. Or, il est toujours aussi utile et efficace la plupart du temps. Il y a de quoi leur en vouloir mais c’est comme ça.
  • Le temps d’attente à la gendarmerie pour déposer plainte est très décourageant. Même avec le système de pré-plainte qui est mis en place dans beaucoup de Bureaux de Police, le temps d’attente est toujours d’environ deux heures. (Rappel : je me suis fait voler 3 vélos et j’ai déposé plainte à chaque fois….)

Or, il s’avère que la police ou la gendarmerie retrouve 150.000 vélos par ans. Que ce soit par la découverte de caches de recéleurs ou de vélos abandonnés une fois utilisés.

Le problème ?

La grande majeure partie de ces vélos ne sont pas resitués à leurs propriétaires faute de moyens d’identifications. C’est vraiment trop bête, non ?

C’est pourquoi les solutions de marquage proposées par Paravol ou Bicycode m’ont paru vraiment intéressante.

Les étapes naturelles d’un marquage du vélo

1. Vous avez un vélo auquel vous tenezVelo-en-ville-brompton

Vous avez un vélo auquel vous tenez comme à la prunelle de vos yeux : soit parce que vous êtes vélotaffeur, ou parce que vous avez un vélo que vous utilisez de temps ou temps ou bien vous avez un vélo électrique de valeur, et même si votre vélo est une tripe, il a une valeur essentielle à vos yeux : il vous permet de vous déplacer, d’aller plus vite en ville, le mot vélo vient de l’adjectif volace tout de même !

2. Vous souhaitez pouvoir le retrouver s’il venait à être volé

Vous avez mis toutes les protections en place. Vous avez trouvé le meilleur antivol vélo du marché. Mais le meilleur antivol vélo ne protègera pas non plus à 100%. Les meilleurs tiennent 6 minutes face à une disqueuse. C’est pourquoi il convient d’avoir une solution de repli. S’il vient à être dérobé, ce serait super s’il pouvait vous revenir.

3. Vous pensez qu’un système d’identification serait donc vraiment pas mal.

Un système qui pourrait donc identifier de manière fiable votre vélo et vous permettre de le retrouver serait donc essentiel aux mesures de protection de votre vélo.

Deux systèmes de marquage vélo en concurrence :

Marquage Bicyode :

Bicycode est un projet a souligner et à encourager. Développé par la FUB pour lutter contre le problème de la restitution des vélos volés, le marquage Bicycode est bien développé. La fédération gère la base de donnée et un partenariat avec les forces de l’ordre permet une mise en contact entre le propriétaire du vélo et volé et les forces de l’ordre qui récupèrent le vélo.

Comment faire marquer son vélo avec Bicycode:

Il faut se rendre dans un centre agréé de marquage vélo. Le marquage du vélo se fait rapidement par gravure sur le cadre du vélo.marquage-bicycode

C’est là pour moi que le bât blesse (un peu).

Il s’agit en effet de graver un numéro sur le cadre du vélo, de graver de manière assez forte le cadre du vélo.

Je trouve cela dommage pour plusieurs raisons :

  1. Pour un vélo neuf, cela m’ennuie de devoir solliciter le cadre pour un marquage qui restera pour toujours sur le cadre
  2. Pour un vélo d’occasion, il faut avoir un document de la main du revendeur précisant l’acte de cession de propriété. Ce qui n’est pas facile à avoir…
  3. Pourquoi ajouter un numéro sur le cadre alors que le numéro de série inscrit sur le cadre à la fabrication est déjà un numéro unique ?

L’avantage c’est que le système n’est pas onéreux (5€) et rapide à faire dans un centre de marquage dédié.

 

 

Marquer son vélo avec Paravol

La vidéo de présentation résume bien les différentes étapes à accomplir pour marquer son vélo.

On s’inscrit sur le site, ils nous envoient un autocollant à coller sur le vélo, on valide cet autocollant avec leur application et hop le tour est joué.

Si le vélo est volé, les forces de l’ordre repère cet autocollant bien visible, passent un appel à Paravol et Paravol s’occupe du rapatriement de votre vélo.

Pour résumer, c’est pour nous un réel atout que d’avoir une solution simple, efficace et bon marché de se donner une chance de retrouver son vélo.

Pour 12€, savoir que l’on a une chance sérieuse de retrouver le vélo est une opportunité formidable. Et en plus, ce genre de mesure contribue aussi à rendre plus difficile le vol de vélo.

L’autocollant est ultra-collant et vraiment, vraiment mais vraiment ( !) galère à enlever ! On vous mettra prochainement en ligne notre tentative de retirer cet autocollant. La protection est donc solide.

Marquage vélo ParavolL’autocollant est visible ce qui est une mesure également dissuasive pour la revente du vélo et va donc freiner le risque de vol. C’est bon pour l’usager et la société dans son ensemble. On lutte de manière individualisé contre un problème global. « Think global Act Local » pourraient on dire !

L’ensemble est simple à utiliser :

  • La plateforme stocke les données de manière confidentielle. La personne utilisant les informations de l’autocollant pour signaler le vol n’accède pas à vos données personnelles mais est ensuite contacté par Paravol pour effectuer le rapatriement du vélo.
  • L’envoi par courrier du sticker est un vrai plus. On peut tout faire de chez soi.

Le tout est bon marché :

Pour environ 12€ avoir une protection de ce genre est une évidence pour nous, de part notamment notre utilisation fréquente du vélo.

A qui s’adresse cette solution ?

En vérité elle devrait s’adresser à tous les cyclistes que leurs déplacements soient à des fins professionnelles ou récréatives. On imagine assez facilement des garages ou des caves ouvertes et tous les vélos qu’elle contient dérobés. C’est donc une mesure bon marché à un problème que l’on peut rencontrer dans toutes les situations. Mais elle nous apparait évidente pour :

  • Le cycliste urbain : confronté à l’omniprésence du risque une solution qui soit dissuasive, qui permette de retrouver son vélo, pour le prix d’une place de cinéma sera amorti largement.
  • Les vélos particulièrement onéreux : pour les vélos électriques, les VTT ? et les vélos de course que l’on souhaite protéger une douzaine d’euros représentent une fraction du prix d’achat de ces beaux jouets.

Les limites du système de marquage Paravol

Les limites de ce genre de système ce sont les limites du système tout entier. Il faut qu’au bout de la chaine du vol de votre vélo une personne fiable puisse effectuer le signalement du vol du vélo sur la plateforme. Mais d’un point de vu de l’échelle si tous les vélos étaient protégés par le système ce serait potentiellement un tiers des vélos volés qui seraient restitués à leurs propriétaires.